À Claude II Belin, le 3 mai 1653
Note [10]

L’antidotaire de la Faculté (Codex medicamentarius, v. note [7], lettre 122) avait pourtant bel et bien approuvé le « vin émétique » d’antimoine en 1638, mais la fureur de Guy Patin là-dessus était aussi aveugle qu’inamendable.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Claude II Belin, le 3 mai 1653. Note 10

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0311&cln=10

(Consulté le 21.01.2021)

Licence Creative Commons