À André Falconet, les 16 et 20 février 1654, note 10.
Note [10]

« Ce sont nos malheurs qui l’ont fait grand » : vers que Valère Maxime (v. note [7], lettre 41, Faits et dits mémorables, livre vi, chapitre 2, § 9) a attribué à l’acteur tragique Diphile, jouant aux jeux Apollinaires en étendant les mains vers Pompée (et non pas Auguste), au grand ravissement du public qui le lui fit répéter plusieurs fois.

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, les 16 et 20 février 1654, note 10.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0339&cln=10

(Consulté le 28/05/2024)

Licence Creative Commons