À Charles Spon, le 19 octobre 1655
Note [10]

« et qu’il ne suffoque pas alors sur-le-champ ou pendant la nuit suivante ». Cette ultime saignée de Pierre Gassendi, qui venait après trop d’autres, allait valoir à ses médecins une vive semonce dans la Vie de Gassendi que Samuel Sorbière, en 1658, a mise au-devant de ses Opera omnia… (v. note [20], lettre 528).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 19 octobre 1655. Note 10

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0420&cln=10

(Consulté le 17.05.2021)

Licence Creative Commons