Fiche biographique
Sorbière, Samuel

Citer cette fiche
Imprimer cette fiche

×
  [1] [2] Appel de note
  [a] [b] Sources de la lettre
  [1] [2] Entrée d'index
  Gouverneur Entrée de glossaire
×
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Fiche biographique. Sorbière, Samuel

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=8029

(Consulté le 23/06/2024)

 

Médecin et écrivain [1] (Saint-Ambroix, Gard 1615-Paris 9 avril 1670), issu d’une famille protestante, était (par sa mère, née Louise Petit) neveu de Samuel Petit, pasteur de Nîmes. Destiné au ministère évangélique, Sorbière avait pris en dégoût l’étude de la théologie, et était venu à Paris, en 1639, pour suivre les cours de médecine, sans y obtenir ni licence ni doctorat. En 1642, il partit vivre en Hollande où il acheva ses études, se maria, puis s’installa comme médecin à Leyde. Il traduisit en français l’Utopie de Thomas More (Amsterdam, Jan Blaeu, 1643, in‑12) et les Éléments philosophiques du bon Citoyen de Thomas Hobbes (Amsterdam, Jan Blaeu, 1649, in‑8o), et publia les Mémoires du duc de Rohan (Leyde, J. Vieltmank, 1644, in‑12).

En juillet 1650, Sorbière rentra en France et fut nommé principal du collège calviniste de la ville d’Orange. Il se convertit au catholicisme en 1653 et prit l’habit ecclésiastique à la mort de sa femme, visita Rome en 1655, puis devint historiographe de Louis xiv den 1660. Il fréquenta de l’académie putéane (v. note [5], lettre 181), puis l’académie montmorienne, dont il rédigea le règlement à la fin de 1657, qu’il réforma en 1664, créant l’ébauche de la future Académie des sciences. Comme historiographe, il voyagea beaucoup en Europe, mais la relation trop hardie de celui qu’il fit en Angleterre (v. note [3], lettre 788) le mit en défaveur et lui valut d’être exilé à Nantes en 1664.

Sorbière était amateur de traits satiriques et de bons mots, qui ont été réunis sous le titre de Sorbierana, publié à Toulouse, en 1691. Souvent déçu, mal récompensé, à son gré, des flatteries poétiques qu’il avait écrites au pape Alexandre vii, il se comparait à un homme à qui l’on envoie des manchettes et qui n’a pas de chemise. Ses auteurs favoris étaient Rabelais, Montaigne et Pierre Charron. Les lettres de Guy Patin, qui était de ses bons amis, ont régulièrement donné des nouvelles de Sorbière jusqu’à sa mort.

Il fut un indéfectible partisan de Jean Pecquet (v. note [15], lettre 280), et de sa découverte de la circulation du chyle. Sorbière a utilisé le pseudonyme de Sebastianus Alethophilus (ami de la vérité, αληθεια en grec). Son ouvrage médical aujourd’hui le plus curieux est le Discours de Monsieur de Sorbière, touchant diverses expériences de la transfusion du sang, adressé à Mgr le duc de Chaulnes, pair de France, chevalier des Ordres du roi, et son ambassadeur extraordinaire auprès de Sa Sainteté, daté de Rome le 1er décembre 1666 [corrigé en 1667 sur l’exemplaire conservé à la BnF[2] (Paris, Jean Cusson, 1668, petit in‑fo de 12 pages). Sorbière s’y montre prudent et clairvoyant, concluant :

« jusqu’à ce que l’on ait trouvé certainement la dose, le temps, et le lieu par où la transfusion [1] se puisse pratiquer avec un heureux succès, nous ne pouvons faire autre chose que louer l’adresse et la patience de ceux qui s’exercent à une aussi importante recherche. Et c’est aux grands princes de la favoriser. »

L’idée de transfuser du sang fut l’une des premières à exploiter la découverte de la circulation. Tirant les conclusions logiques de ses conceptions, Sorbière combattit les abus de la saignée, ce qui lui valut l’inimitié profonde de Patin à partir de 1658 (v. note [20], lettre 528).

Notre édition contient dix lettres tirées de la correspondance de Sorbière :


Rédaction : guido.patin@gmail.com — Édition : info-hist@biusante.parisdescartes.fr
Licence Creative Commons "Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron." est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.
Une réalisation
de la BIU Santé