À Charles Spon, le 2 août 1652
Note [11]

« On dit qu’on met la nappe quand on reçoit la compagnie chez soi lorsque les autres apportent de quoi manger, et quand on fournit seulement le couvert, le bois, la chandelle et autres menues nécessités. L’hôte qui met la nappe est toujours le plus foulé [incommodé]. On dit aussi d’un pays plein et abondant dans lequel on met des troupes en quartier, que c’est lui qui met la nappe » (Furetière). « On dit en menaçant quelqu’un, qu’il en paiera les pots cassés » (ibid.).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 2 août 1652. Note 11

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0292&cln=11

(Consulté le 07.07.2022)

Licence Creative Commons