À Charles Spon, le 26 avril 1658, note 11.
Note [11]

« Chiens muets, incapables d’aboyer », Isaïe (56:10) :

Speculatores eius cæci omnes nescierunt universi canes muti non valentes latrare videntes vana dormientes et amantes somnia.

[Nos gardiens sont tous aveugles, ils ne comprennent rien. Ce sont tous des chiens muets, incapables d’aboyer. Ils rêvent, restent couchés, ils aiment dormir].

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 26 avril 1658, note 11.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0524&cln=11

(Consulté le 01/03/2024)

Licence Creative Commons