À André Falconet, le 1er mai 1665
Note [11]

Le Grand Caire était le nom qu’on donnait au Caire, capitale d’Égypte alors province ottomane depuis 1517. Guy Patin lisait la Gazette.

  • Ordinaire no 45 du 11 avril 1665 (page 346) :

    « De Venise, le 14 mars 1665. […] On nous écrit de divers endroits qu’une ville sur les confins de l’Asie ayant refusé les contributions qu’on lui demandait, s’est mise sous la protection du roi de Perse, et que le bassa d’Alep était en campagne avec plus de quarante mille hommes pour marcher contre les Turcs ; ce qui favoriserait beaucoup nos affaires, tant au royaume de Candie que dans la Dalmatie. »

  • Ordinaire no 48 du 18 avril 1665 (page 369) :

    « De Venise, le 21 mars 1665. Par lettres de Zante, {a} nous avons confirmation de l’avis qui était venu d’un soulèvement dans l’Asie ; et que le Grand Seigneur en étant extraordinairement alarmé, avait donné ordre au premier vizir d’aller réduire ces rebelles à la raison et de marcher contre le bassa d’Alep. Mais quelques avantages que nous espérions de ce désordre, et même de l’irruption des Perses, qui nous donne sujet de croire que les infidèles en seront bien moins en état d’attaquer la Dalmatie, le Sénat fait travailler avec le même empressement aux apprêts de la campagne. »


    1. L’île ionienne de Zákinthos (où mourut André Vésale en 1564, v. note [18], lettre 153), au sud de Céphalonie et à l’ouest du Péloponnèse.

  • Ordinaire no 50 du 25 avril 1665 (page 381) :

    « De Venise, le 28 mars 1665. Par les derniers avis qu’on a reçus des soulèvements de l’Asie, nous avons appris que tout le Caire s’est révolté et que le feu de la sédition s’est tellement étendu qu’il ne sera pas facile de l’éteindre ; ce qui nous donne sujet d’espérer que la Dalmatie aura moins à craindre des Turcs et qu’elle en sera quitte pour quelques courses de ceux qui sont dans son voisinage. »

  • Ordinaire no 53 du 2 mai 1665 (page 409) :

    « De Venise, le 4 avril 1665. On nous confirme par les dernières lettres de Constantinople, non seulement que les soulèvements de l’Asie et du Caire continuent, mais on ajoute qu’ils augmentent de manière que la Porte en est extraordinairement alarmée ; et que le sujet de ces troubles est venu des mauvais traitements que les bassas exerçaient sur le peuple. Ces lettres nous ont aussi confirmé que les Perses paraissaient toujours disposés à profiter de ces divisions pour recouvrer les places qui leur ont été enlevées ; et de cette façon, nous avons moins lieu que jamais d’appréhender de grands efforts de nos ennemis du côté de Candie et de la Dalmatie. »

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 1er mai 1665. Note 11

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0821&cln=11

(Consulté le 14.04.2021)

Licence Creative Commons