À Johannes Antonides Vander Linden, le 23 juillet 1655, note 11.
Note [11]

Ce passage de Galien se trouve dans son traité De simplicium medicamentorum temperamentis ac facultatibus [Des tempéraments et facultés des médicaments simples], livre ix, chapitre iii, De metallicis medicamentis [Des médicaments métalliques], § 29 (Kühn volume 12, page 236, traduit du grec) :

Stimmi. Ad facultatem desiccantem adjunctam habet hoc medicamentum astrictionem. Quamobrem et ocularibus medicinis commiscetur, et illis scilicet, quæ conformantur in collyria quæ vocant, et siccis quæ utique sicca collyria cognominant.

[Antimoine. Outre sa faculté dessicante, ce médicament possède un pouvoir astringent. C’est pourquoi on le mêle aux remèdes ophtalmiques, ainsi qu’à ceux dont on prépare ce qu’on appelle des collyres, et surtout aux médications sèches auxquelles on donne le nom de collyres secs].

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Johannes Antonides Vander Linden, le 23 juillet 1655, note 11.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1071&cln=11

(Consulté le 22/05/2024)

Licence Creative Commons