À Claude II Belin, le 12 octobre 1641
Note [12]

Cologne, sur le Rhin, et son archevêché formaient alors l’un des États composant le Cercle électoral du Rhin. Électeurs catholiques du Saint-Empire, les archevêques de Cologne appartenaient depuis le milieu du xvie s. à la dynastie bavaroise des Wittelsbach. La ville même de Cologne était libre ; l’archevêque ne pouvait y pénétrer sans autorisation ; il résidait à Bonn ou à Brühl.

Montglat (Mémoires, pages 116‑117) :

« Durant cette campagne, {a} la reine mère {b} voyant les troubles augmenter en Angleterre et toutes choses se préparer à une guerre civile durant laquelle sa personne ne serait pas en sûreté, partit de Londres à la fin d’août, d’où elle fut descendre à Flessingue ; et delà ayant gagné Dordercht, elle se mit sur le Rhin pour remonter jusqu’à Cologne, où elle arriva au commencement d’octobre et y établit sa demeure. Elle perdit en Hollande le père Sufren, jésuite, son confesseur, {c} auquel elle avait beaucoup de confiance, c’est-à-dire pour sa conscience ; car pour sa conduite temporelle, elle se laissait entièrement gouverner par Fraboni, lequel eut grande inquiétude de ce que la reine étant tombée malade à Cologne, le roi son fils fît sortir de la Bastille Vautier, son premier médecin, pour le lui envoyer. Comme devant sa prison, il {d} avait grand pouvoir sur son esprit, Fabroni craignait qu’il ne le reprît à son préjudice. C’est pourquoi il persuada à Sa Majesté qu’il était gagné par le cardinal, {e} qui ne <le> lui renvoyait que pour être son espion et lui conseiller de retourner à Florence. Il lui mit tellement cette défiance dans la tête qu’elle ne le voulut jamais voir. »


  1. Campagne de 1641.

  2. Marie de Médicis.

  3. V. infra note [13].

  4. Avant d’être emprisonné (en 1630), François Vautier (v. note [26], lettre 117)…
  5. Que Richelieu avait gagné Vautier…

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Claude II Belin, le 12 octobre 1641. Note 12

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0061&cln=12

(Consulté le 17.10.2019)

Licence Creative Commons