À Charles Spon, le 18 janvier 1644
Note [12]

Suétone a en effet employé (usurpé) egelida au moins une fois dans ses Vies des douze Césars (Vie d’Auguste, chapitre 82) :

Unguebatur enim sæpius aut sudabat ad flammam, deinde perfundebatur egelida aqua vel sole multo tepefacta.

[Il se faisait souvent frictionner et transpirait auprès du feu ; ensuite il se lavait avec de l’eau tiède ou chauffée au soleil].

Dans sa thèse Guy Patin avait préféré l’adjectif egelidus à tepidus : egelidæ aquæ balneum (v. supra note [7]) ; et Charles Spon avait dû le critiquer sur ce choix.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 18 janvier 1644. Note 12

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0099&cln=12

(Consulté le 17.09.2019)

Licence Creative Commons