À André Falconet, le 7 mars 1668
Note [13]

« Ainsi le législateur des Juifs, qui n’était pas un homme ordinaire, ayant fort bien conçu la grandeur et la puissance de Dieu, l’a exprimée dans toute sa dignité, au commencement de ses Lois, par ces paroles : “ Dieu dit Que la lumière se fasse, et la lumière se fit ; Que la terre se fasse, la terre fut faite ” » (Traité du Sublime ou du Merveilleux dans le discours, traduit du grec de Longin, chapitre vii, De la Sublimité dans les pensées, page 21 de l’édition de Nicolas Boileau-Despréaux [Paris, Denis Thierry, 1674, in‑4o]) ; v. note [2], lettre 756, pour l’édition du Sublime de Longin en 1663 (que Guy Patin citait ici de mémoire).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 7 mars 1668. Note 13

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0930&cln=13

(Consulté le 25.10.2021)

Licence Creative Commons