À André Falconet, le 21 novembre 1669
Note [13]

« Nous habitons ici au milieu des eaux, qui le croirait possible ? Et pourtant ici, Douza, on ne boit pas d’eau du tout » : Iosephi Scaligeri Poemata omnia (v. note [6], lettre 261), Variorum carminum silva [Moisson de poèmes divers], lii, Ad Ianum Dousam V. Nob. de mirandis Bataviæ [Des merveilles de Hollande, au noble Janus Douza] (vers 13‑14).

Janus (Jean) Douza (ou Dousa, van der Does en néerlandais ; Noordwijk 1545-ibid. 1604), magistrat, philologue et poète hollandais, surnommé le Varron (V. note [1], lettre 14) de la Hollande, était intime ami de Joseph Scaliger ; il a notamment publié des Bataviæ et Hollandiæ Annales [Annales des Pays-Bas et de Hollande] (1601). Scaliger vouait de même une profonde admiration pour son fils, lui aussi prénommé Janus (vers 1571-1596), précoce et talentueux poète latin ; il a déploré sa mort prématurée dans une lettre à Jacques-Auguste de Thou (datée du 12 février 1597 ; Ép. fr., cv, page 316) :

« Je n’eusse jamais cru qu’une personne qui ne me touche rien de sang me soit entrée si avant en mon pensement, qu’il n’est heure du jour que je ne me le représente, et ce avec une tristesse si grande qu’elle me possède du tout. »

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 21 novembre 1669. Note 13

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0970&cln=13

(Consulté le 13.07.2020)

Licence Creative Commons