À Charles Spon, le 8 décembre 1671
Note [13]

« par la nonchalance des hommes et l’excessive indulgence de la divine Thémis ».

Thémis était la déesse de la Justice chez les Grecs. Fr. Noël la décrit comme :

« fille du Ciel et de la Terre, sœur aînée de Saturne [v. note [31] des Deux Vies latines de Jean Héroard] et tante de Jupiter, mère des Heures et des Parques, se distingue par sa prudence et par son amour pour la justice. Jupiter la força de l’épouser et lui donna trois filles, l’Équité, la Loi et la Paix. C’est un emblème de la justice, qui produit les lois et la paix en rendant à chacun ce qui lui est dû. »

V. note [7], lettre 122, pour le Codex medicamentarius de la Faculté de médecine de Paris (en 1638, sous le décanat de Philippe ii Hardouin de Saint-Jacques) et son approbation du vin émétique [vinum emeticum], que Guy Patin, dans sa persistante furie à son encontre, surnommait vin énétique [vinum eneticum], pour tuer.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 8 décembre 1671. Note 13

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1011&cln=13

(Consulté le 09.05.2021)

Licence Creative Commons