À Charles Spon, le 16 novembre 1645
Note [14]

Le Royal College of Physicians conserve les consultations manuscrites (1607-1651) de sir Theodore Tuquet de Mayerne, parmi lesquelles celle d’Oliver Cromwell à Londres le 19 septembre 1628, six mois après sa première élection au Parlement. Le médecin avait jugé son patient valde melancholicus [extrêmement mélancolique] (Fraser, pages 44‑45).

Mayerne sut donc se ménager habilement la faveur des parlementaires, mais en restant suffisamment fidèle à Charles ier pour être, après l’exécution du souverain déchu (1649), nommé premier médecin en titre de son fils et successeur, Charles ii. « Sa première femme, Marguerite de Boetselaer [morte en 1628], lui donna deux enfants qui moururent jeunes. Sa seconde femme, Élisabeth Joachimi, eut deux fils et trois filles, dont une seule, Élisabeth, lui survécut. Elle épousa en 1652 Pierre de Caumont, marquis de Cugnac » (Adam).

Le jeune Turquet de Mayerne, étudiant en médecine dont parlait ici Guy Patin, dut mourir avant d’avoir obtenu ses diplômes car il n’a pas laissé de trace dans les catalogues des facultés de médecine de Paris (Baron) ou de Montpellier (Dulieu).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 16 novembre 1645. Note 14

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0128&cln=14

(Consulté le 07.04.2020)

Licence Creative Commons