À Charles Spon, le 19 septembre 1657
Note [14]

« je perçois votre pensée et comprends parfaitement ce que vous voudriez » (reconstitution incertaine pour et quod en raison d’un effacement partiel du manuscrit). Dans sa lettre du 11 septembre, Charles Spon avait demandé à Guy Patin de ne tenir aucun compte de la lettre de recommandation que le sieur de Mondragon, chirurgien de Lyon, lui avait demandé d’écrire en sa faveur. La « bonne voisine » dont Spon avait annoncé la visite prochaine à Patin n’était autre que Marie, son épouse.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 19 septembre 1657. Note 14

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0491&cln=14

(Consulté le 09.08.2022)

Licence Creative Commons