À Johannes Antonides Vander Linden, le 22 novembre 1658, note 14.
Note [14]

V. note [5], lettre 542, pour ce voyage qu’on a surnommé « comédie de Lyon », avec feinte diplomatique de fiançailles entre le roi et sa cousine, la princesse Marguerite de Savoie.

Dans sa phrase précédente, Guy Patin a curieusement mis dans le même sac les romans, qu’il méprisait, et les ouvrages théologiques, qu’il lisait très volontiers, en y mêlant en outre jésuites et moines (soumis à l’autorité de Rome) à la Sorbonne (réputée majoritairement gallicane).

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Johannes Antonides Vander Linden, le 22 novembre 1658, note 14.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1144&cln=14

(Consulté le 25/06/2024)

Licence Creative Commons