À Charles Spon, le 22 mars 1650, note 16.
Note [16]

« ou du moins que ces fort méchants bipèdes ne reviennent jamais ici, et bien plutôt qu’ils retournent là d’où les inconvénients de notre siècle les ont malencontreusement amenés » (adaptation de Catulle, v. note [104], lettre 166).

V. note [15], lettre 220, pour l’orage politique qui accompagnait le départ de Mazarin pour la Bourgogne.

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 22 mars 1650, note 16.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0222&cln=16

(Consulté le 02/03/2024)

Licence Creative Commons