À Hugues de Salins, le 25 novembre 1655
Note [16]

Gabriel Fallope (Fallopio, Modène 1523-Padoue 1562) étudia la médecine d’abord à Ferrare, puis à Padoue sous André Vésale. Il renonça au canonicat de la cathédrale de Modène qui ne lui aurait pas permis de se livrer à la dissection. Il fit de nombreux voyages en France et en Italie, professa l’anatomie à Ferrare et à Pise, et fut enfin choisi par le Sénat vénitien pour remplir à Padoue la chaire d’anatomie et de chirurgie que le grand Vésale avait illustrée. Le gouvernement s’intéressait tellement aux recherches anatomiques de Fallope qu’on alla, dit-on, jusqu’à livrer à ses dissections des criminels vivants. On lui doit des découvertes importantes, comme celle des trompes utérines auxquelles son nom est resté attaché. Le premier, Fallope décrivit exactement les os du fœtus, l’organe de l’ouïe, les appareils sécréteurs de la bile, etc. (G.D.U. xixe s.).

Son principal ouvrage est intitulé Gabrielis Fallopii, medici Mutinensis, Observationes anatomicæ… [Observations anatomiques de Gabriel Fallope, médecin de Modène…] (Paris, Bernardus Turrisanus, et Venise, Marcus Antonius Ulmus, 1562, in‑8o), sans division en chapitres ni index, ce qui rend sa consultation laborieuse (quoique fort intéressante, v. notule {c} de la note [35], lettre latine 154, pour un échantillon). Sur la syphilis, il a publié De Morbo Gallico liber absolutissimus… [Livre parfait sur le Mal français…] (Venise, Franciscus Laurentius, 1565, in‑4o).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Hugues de Salins, le 25 novembre 1655. Note 16

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0427&cln=16

(Consulté le 22.02.2020)

Licence Creative Commons