À André Falconet, le 30 octobre 1670, note 16.
Note [16]

« Lorsque je vois les mortels les plus vertueux tomber sous un destin cruel, pardonnez-moi cet aveu, je suis tenté de croire qu’il n’y a point de dieux » : Ovide, v. note [11], lettre 206.

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 30 octobre 1670, note 16.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0996&cln=16

(Consulté le 15/04/2024)

Licence Creative Commons