À Johannes Antonides Vander Linden, le 31 août 1657
Note [16]

« et je ne fais jamais rien avaler à personne par une caresse » (Érasme, adage no 2527) :

Obtrudere palpum apud Plautum est arte fucoque decipere. Ego, inquit, istuc aliis dare condidici, mihi obtrudere non potes palpum. Unde et palpari pro adulari, et palpones adulatores vocamus a simili metaphora. Metaphora tracta est ab equisonibus, qui ferocientibus equis plausu manus adblandiuntur.

[Faire avaler par une caresse, c’est chez Plaute tromper par l’artifice et le déguisement : « Moi, dit-il, je sais en donner aux autres, mais tu ne peux rien me faire avaler par une caresse. » {a} De là vient que, par une métaphore semblable, nous disons caresser pour flatter, et caresses pour flatteries. On a tiré la métaphore des écuyers qui flattent les chevaux fougueux par une tape de la main].


  1. Pseudolus [L’Imposteur], acte iv, scène 1, paroles de Simia à Pseudolus tramant une duperie.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Johannes Antonides Vander Linden, le 31 août 1657. Note 16

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1121&cln=16

(Consulté le 21.10.2019)

Licence Creative Commons