À Claude II Belin, le 18 janvier 1633
Note [17]

Dix-septième édition du Médecin charitable de Philibert Guybert (v. note [25], lettre 6), à laquelle Guy Patin avait grandement contribué : Les Œuvres charitables de Philibert Guybert… savoir : le Médecin charitable, le Prix et valeur des médicaments, l’Apothicaire charitable, la Manière d’embaumer les corps morts, et les Tromperies du bézoard découvertes (Paris, Jean Jost, 1632, in‑12).

Jean Jost, libraire-imprimeur parisien, reçu en 1628, avait débuté comme apprenti chez François Huby en 1610. Adjoint en 1641, il avait ouvert une officine rue Saint-Jacques avec pour enseigne Au Saint-Esprit ou Au Soleil d’or (près de la fontaine Saint-Séverin) ; son neveu, Jean ii Jost, y fit ses années d’apprentissage à partir de 1641 (Renouard). Guy Patin était ami et médecin de Jean Jost, qui mourut le 8 novembre 1655 à la suite d’une prise d’antimoine (v. lettre du 16 novembre 1655 à Charles Spon). La phrase suivante dit que Jost se livrait aussi à la pharmacie illicite, avec la bénédiction de Guy Patin (qui y a corrigé « il vend lui-même » en « il vend même »).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Claude II Belin, le 18 janvier 1633. Note 17

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0015&cln=17

(Consulté le 29.09.2021)

Licence Creative Commons