À Charles Spon, le 27 juin 1654
Note [17]

Jacques Rougé, marquis du Plessis-Bellière (1602-Castellamare, royaume de Naples, 24 novembre 1654) était fils puîné de René de Rougé et de Marguerite de La Court. Colonel en 1628, il s’était signalé au siège de La Rochelle, puis dans la campagne de Flandre où, étant gouverneur de la ville d’Armentières, il avait soutenu un siège opiniâtre. Créé maréchal de camp par brevet du 13 décembre 1646, il fut capitaine général des armées du roi, puis colonel d’un régiment d’infanterie et d’un régiment de cavalerie. Sous la Fronde, il avait pris le parti de la cour, été créé lieutenant général et commandé un corps d’armée à la bataille de Rethel contre Turenne ; il avait ensuite eu à défendre Cognac et l’Angoumois contre le prince de Condé. Lors de la campagne de 1652 contre Bordeaux, il avait aidé le marquis de Montausier à prendre la place de Taillebourg, propriété du prince de Tarente passé à Condé, obtenant du roi la permission de la faire raser.

La Fronde apaisée, Louis xiv envoyait Plessis-Bellière au secours de Barcelone. Dans la campagne de Catalogne, qui fut le dernier grand épisode de la guerre franco-espagnole, il se signala par de nombreuses actions d’éclat. Après la paix des Pyrénées, le duc de Guise, soutenu secrètement par Mazarin, essaya de s’emparer du trône de Naples ; Plessis-Bellière l’accompagna comme lieutenant, mais à peine débarqué à Castellamare, il reçut une blessure grave et mourut quelques jours après. Il avait épousé Suzanne de Bruc, dont il eut deux fils : Pierre, colonel de cavalerie, et François-Henri, maréchal de camp (G.D.U. xixe s et Jestaz).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 27 juin 1654. Note 17

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0357&cln=17

(Consulté le 27.11.2022)

Licence Creative Commons