À Hugues de Salins, le 22 mai 1657
Note [17]

« pour ne pas créer d’attraction vers la partie affectée ». Les hémorragies du post-partum mettent encore en péril la vie des accouchées. Saigner dans cette situation, avec l’idée qu’il faut rééquilibrer les humeurs et éloigner le sang de l’utérus : voilà ce que la médecine moderne ne permet plus de justifier et prohibe bien sûr formellement.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Hugues de Salins, le 22 mai 1657. Note 17

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0482&cln=17

(Consulté le 09.07.2020)

Licence Creative Commons