L. 482.  >
À Hugues de Salins,
le 22 mai 1657

Codes couleur
Citer cette lettre
Imprimer cette lettre
Imprimer cette lettre avec ses notes

 

Monsieur, [a][1]

Je me souviens bien de vos deux pères capucins qui me firent l’honneur de me venir voir céans de votre part, sunt philosophi cucullati[1][2] Dieu les veuille bien consoler. Ces gens-là vivent dans l’intérêt du pape et du purgatoire, [3] et nous autres dans les intérêts de la science et de la raison ; c’est pourquoi nos chiens ne peuvent pas longtemps chasser ensemble, vu qu’il nous faut tenir différents chemins.

Ne doutez point que la grosse vérole [4] n’ait été de tout temps, vu que même sa première et principale cause, nempe scortatio[2] a toujours été. Toute cette lèpre dont il est parlé dans le Lévitique [5] et aliis in locis veteris Testamenti[3] n’était que la vérole, à ce que m’en a dit mainte fois le bon M. Gassendi. [6] Elle est dans Hippocrate, [7] 3. Epidem., cum comm. Galeni, teste ipso Vallesio[4][8] Les bubons [9] sont dans Hippocrate et Galien, genitalium putredines sont dans Hippocrate, [5][10] la gonorrhée [11] est partout, et particulièrement fort bien dans Cicéron, [12] in Epistolis ad familiares, lib. 7, epistola 26, quæ sic incipit : Cum decimum iam diem graviter ex intestinis laborarem, etc[6] La vérole est dans Martial, [13] lib. 7, Epig. 70, Ficosa est uxor, etc. ; [7][14] dans Juvénal, [15] Cæduntur tumidæ medico ridente mariscæ, etc. ; [8] dans Apulée, [16] in Asino aureo, lib. i, pag. 3, ubi de caupona quædam anu dicta Meroe, et x ad finem[9]

Vopiscus Fortunatus Plempius [17] est un bon auteur qui écrit utilement ; il n’est pas si poli que Fernel, combien qu’il prenne beaucoup de lui. Il a fait une nouvelle version de l’Avicenne[18] d’arabe en latin, laquelle est aujourd’hui sur la presse. Il vit et enseigne à Louvain, [19] il a 56 ans et n’est marié que depuis trois ans. Il a fait deux livres, savoir De Fundamentis medicinæ, et Ophthalmographia ; [10] tout ce qu’il a mis au jour est bon et utile.

Nulla dantur in rerum natura lithontriptica, et hoc est certissimum : quidquid de iis scribitur, fabula est ; luserunt ista Botanista, Arabes et Chymista, ut nos vanis deciperent mendaciis[11][20] Voyez M. Moreau [21] in Scholam Salernit. ubi de mespilis[12][22][23][24][25][26]

Nemo sine febre moritur[13] cela est bien dit si tres acutissimos morbos exceperis, nempe apoplexiam, tetanum et choleram morbum ; [14][27] encore ont-ils de la fièvre in cholera morbo.

Cette femme quæ post partum maximam sanguinis copiam fudit ab utero, et multa maiorem quam pro ratione lochiarum[15][28] doit être saignée deux ou trois fois des deux bras en ce cas, ne quid metuas lochiarum suppressione, et enim contingent[16] et non pas du pied, ne fiat attractio ad partem affectam : [17] et alors, beata natura secundinas remorantes expellet[18] avec l’aide et les doigts de la sage-femme. [29][30][31]

Le Duret [32] sur les Coaques [33] est achevé d’imprimer, [19] c’est un livre à lire tous les jours à un médecin. Il n’y a rien à imprimer de feu M. Moreau. Dans vos études, lisez chaque jour quelque chose de Sénèque, [34] de Ira, de Beneficiis, des Épîtres, etc., mais lisez-les en latin, c’est un grand auteur. [20]

La nouvelle édition de l’Hippocrate de Foesius [35][36] est achevée à Genève, il s’en trouve tant à Lyon qu’à Paris, elle est bonne. Je n’oublierai pas le Decas medica Porti ni Miscellanea Smetii[37][38] s’ils se rencontrent à acheter. [21]

Monsieur votre frère [39] m’a fait l’honneur de me venir voir et m’a conté son affaire ; je ne sais s’il a bien fait, je souhaite néanmoins bien fort qu’elle lui réussisse. Je serai ravi de voir et d’embrasser M. de Grigny, [22][40] fils du grand et incomparable M. de Saumaise, [41] qui m’a autrefois honoré de son amitié. Je vous rends grâces de lui avoir parlé de moi. Je me recommande à vos bonnes grâces, à Monsieur votre père, à mademoiselle votre femme, et suis de toute mon âme, Monsieur, votre très humble et très obéissant serviteur.

Guy Patin.

De Paris, ce 22e de mai 1657.


Écrire à l'éditeur
Licence Creative Commons "Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron" est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.
Une réalisation
de la BIU Santé
×
     [1] [2]   Appel de note
    [a] [b]   Sources de la lettre
    [1] [2]   Entrée d'index
    Gouverneur   Entrée de glossaire

× Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Hugues de Salins, le 22 mai 1657

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0482

(Consulté le 15.10.2019)