L. 481.  >
À Claude II Belin,
le 19 mai 1657

Codes couleur
Citer cette lettre
Imprimer cette lettre
Imprimer cette lettre avec ses notes

 

Monsieur, [a][1]

Il est vrai que l’an 1626, M. Des Gorris [2] fit ici soutenir une belle thèse [3] pour la saignée, [4] laquelle je vous enverrai quand il vous plaira si elle n’est chez vous. Il a dessein de les faire réimprimer toutes deux ensemble avec des commentaires, je voudrais qu’il l’eût fait. [1] Tout le monde déteste ici l’antimoine [5] avec raison, et néanmoins Guénault [6] et le Gazetier [7] en ont donné depuis six jours à un nommé M. Du Gué de Bagnols, [8] jadis maître des requêtes et grand janséniste, qui mourut le jour même. O pudor, o stolidi præceps væsania voti ! [2][9] Il faut être bien impudent et ne se guère soucier de la vie des hommes d’employer ce poison. Je fais leçon à Cambrai [10][11] trois fois la semaine maximo auditorum concursu[3] mais j’espère que pas un d’iceux n’en abusera jamais. Tous les rhumes [12] sont passés, il ne reste ici que de la rougeole, [13] où la saignée fait merveilles. [14] Le roi [15] est à Compiègne. [16] On dit que Cromwell [17] nous envoie 6 000 Anglais pour mettre dans notre armée, qui doivent prendre terre à Boulogne. [18] Io. Russus Tigurinus était de Zurich, [19] son livre n’est pas grande chose, prenez-le si on vous le veut donner. [4] Le pape [20] a fait des cardinaux nouveaux, dont il n’y a pas de jésuites ; quidam scriptor de illo grege [5][21] a tâché de réfuter l’Histoire du concile de Trente du Fra Paolo, [22] mais il n’y a rien fait qui vaille, c’est un in‑fo en italien. Nous sommes à la veille de rompre avec les Hollandais. On achève à Lyon, le Varandæus in‑fo[23] ce sera un bon livre ; on commence ici un in‑fo qui sera l’Histoire de la vie du cardinal de Richelieu sur les mémoires de Mme d’Aiguillon, [24] ce sera une histoire plâtrée[6][25] M. Duchesne [26] le fils a fait l’Histoire des cardinaux français ; il y aura deux volumes in‑fo, le premier est à moitié fait. [7] Je vous baise les mains, à M. Allen, à Monsieur votre fils, et suis, Monsieur, votre très humble et très obéissant serviteur,

Guy Patin

De Paris, ce 19e de mai 1657.


Écrire à l'éditeur
Licence Creative Commons "Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron" est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.
Une réalisation
de la BIU Santé
×
     [1] [2]   Appel de note
    [a] [b]   Sources de la lettre
    [1] [2]   Entrée d'index
    Gouverneur   Entrée de glossaire

× Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Claude II Belin, le 19 mai 1657

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0481

(Consulté le 24.11.2020)