À Claude II Belin, le 19 mai 1657
Note [2]

« Ô honte ! ô folie aveugle du désir insensé ! » (George Buchanan, De Sphæra [La Sphère], livre i, vers 678).

Guillaume Du Gué, sieur de Bagnols (Lyon 1616-Paris 15 mai 1657), conseiller au Parlement de Paris en 1637, était devenu maître des requêtes en 1643, puis conseiller d’État. Veuf à 32 ans avec quatre enfants, il s’était tourné vers les jésuites, mais trouvant trop légères leurs pénitences, il avait opté pour Port-Royal, abandonnant sa charge en 1652 et se retirant au château de Saint-Jean-des-Troux pour y fonder une école janséniste. Du Gué de Bagnols avait consacré toute sa grande fortune familiale aux restaurations et aménagements de Port-Royal-des-Champs, et tous ses talents de magistrat à la défense du jansénisme contre la censure des Cinq Propositions de Jansenius (Dictionnaire de Port-Royal, pages 361‑362).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Claude II Belin, le 19 mai 1657. Note 2

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0481&cln=2

(Consulté le 28.01.2021)

Licence Creative Commons