À Charles Spon, le 9 avril 1658
Note [17]

« Qu’est-ce donc que le temps destructeur n’altère pas ? Nos pères étaient pires que leurs aïeux, nous sommes plus méchants que nos pères et notre postérité sera plus dépravée encore » (Horace, Odes, livre iii, vi, vers 46‑49).

« Que de vérité dans cette pensée d’Horace ! L’expérience de nos jours la confirme. Nous enchérissons sur les vices de nos pères ; la postérité se reconnaîtra dans les nôtres, et les siens, entés sur notre corruption, augmenteront la sienne » (L’Esprit de Guy Patin, page 97) : sempiternelle conviction des hommes mûrs que tout ce qui viendra après eux sera pire.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 9 avril 1658. Note 17

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0523&cln=17

(Consulté le 02.12.2020)

Licence Creative Commons