Autres écrits : Une thèse cardinale de Guy Patin :
« La Sobriété » (1647), note 17.
Note [17]

Columella (v. note [32], lettre 99), à propos de la génisse saillie par le taureau, dans son De Re rustica [L’Économie agricole] (livre vi, chapitre xxiv) :

Nam quamvis plena fœtu non expletur libidine. Adeo ultra naturæ terminos etiam in pecudibus plurimum pollent blandæ voluptatis illecebræ !

[Quoique pleine, elle n’est pas rassasiée de plaisir : tant sont impérieux, même chez le bétail, les doux attraits de la volupté, bien au delà de ce qu’exige la nature !]

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Autres écrits : Une thèse cardinale de Guy Patin :
« La Sobriété » (1647), note 17.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=8223&cln=17

(Consulté le 23/06/2024)

Licence Creative Commons