À Claude II Belin, mars-avril 1641
Note [18]

« et l’on fabrique cette machine dans nos murs » (allusion au cheval de Troie, dans l’Énéide, v. note [183], lettre 166).

Ratisbonne (Regensburg en Bavière, dans le Haut-Palatinat, sur le Danube, à 105 kilomètres de Munich) avait coutume d’accueillir de nombreuses diètes impériales (Reichstage), mais n’en devint le site permanent qu’en 1663. Les diètes germaniques (diètes d’Empire) étaient les assemblées où les États composant le Saint-Empire réglaient périodiquement leurs affaires générales et leurs différends. Réunie le 23 septembre 1640, cette diète ne s’acheva que le 10 novembre 1641 et fut fort tourmentée : certes, on y établit un premier accord sur les principes de la paix de Westphalie (signée en 1648), mais le nouvel électeur de Brandebourg, Frédéric Guillaume, en concluant une entente séparée avec les Suédois, avait mis en péril l’allégeance effective des États de l’Empire aux Habsbourg d’Autriche (Bogdan, pages 212‑215).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Claude II Belin, mars-avril 1641. Note 18

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0054&cln=18

(Consulté le 02.10.2022)

Licence Creative Commons