À Claude II Belin, le 16 novembre 1652
Note [2]

Journal de la Fronde (volume ii, fo 174 ro et vo, 15 novembre 1652) :

« Le 13, le roi entra au Parlement pour y faire vérifier la déclaration contre M. le Prince. Le régiment des gardes était en haie depuis le Louvre jusqu’au Palais dont les portes demeurèrent fermées et gardées tant que Sa Majesté y fut ; mais les soldats laissaient entrer dans la basse cour tous ceux qui leur donnaient un sol. Le roi ayant pris sa place, M. le chancelier y commença à parler et fit un fort beau discours par lequel il représenta le sujet pour lequel avait été donnée cette déclaration contre M. le Prince dont il raconta la conduite, en sorte qu’il le mit dans son tort ; et s’étant fort étendu sur cette matière, il parla du devoir des sujets envers leur souverain. M. le garde des sceaux ne parla presque que de l’obéissance que le Parlement devait au roi ; et M. l’avocat général Bignon fit un discours de trois quarts d’heure par lequel il excusa le mieux qu’il put M. le Prince et remontra qu’on considérait en France les princes du sang comme des portions de la Maison royale, qu’on attribuait le plus souvent les fautes de leur conduite à ceux qui étaient auprès de leurs personnes et qui les conseillaient, et qu’on avait aussi égard au service que leurs ancêtres et eux-mêmes avaient rendus à l’État, et à ceux qu’ils pouvaient encore rendre ; mais il ne laissa pas de conclure purement et simplement à la vérification de la déclaration, laquelle passa sans aucune modification et sans que la Compagnie en dît mot. »

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Claude II Belin, le 16 novembre 1652. Note 2

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0296&cln=2

(Consulté le 20.04.2021)

Licence Creative Commons