À André Falconet, le 10 novembre 1653
Note [2]

Guy Patin surnommait Charles Ogier (Paris 1595-ibid. 11 août 1654) l’avocat pour le distinguer de son frère cadet François, le prédicateur ou le prieur (v. note [5], lettre 217). Après des études littéraires à Bourges, Charles les avait poursuivies à Paris, puis il était allé apprendre le droit à Valence. Il avait exercé pendant quelque temps la profession d’avocat près du Parlement de Paris. Ayant renoncé au barreau, il était devenu secrétaire d’Henri de Mesmes, puis de son frère Claude, comte d’Avaux, qu’il avait accompagné dans ses ambassades en Suède, au Danemark, en Pologne ; cela lui valait le surnom d’Ogier le Danois. La santé ruinée à son retour, il vécut encore 20 ans à Paris, mais incapable de toute activité, il se retira chez les chanoines réguliers de Sainte-Geneviève où il mourut. Charles Ogier était un érudit qui composait des vers latins avec beaucoup de facilité (Michaud).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 10 novembre 1653. Note 2

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0330&cln=2

(Consulté le 17.04.2021)

Licence Creative Commons