À Charles Spon, le 6 juin 1655
Note [2]

Ce fut Landrecies (v. note [1], lettre 236), alors occupée par les Hispano-condéens (Montglat, Mémoires, page 307) :

« La conquête du Quesnoy, faite l’année passée {a} après la journée d’Arras, occupa toutes les garnisons de la frontière durant l’hiver à y faire passer des convois, qui étaient difficiles à y conduire à cause de Landrecies, qui était entre cette place et la France. C’est ce qui fit prendre résolution au roi de s’en rendre maître ; et dans ce dessein, le maréchal de Turenne étant entré dans le pays par le côté de Guise, investit Landrecies le 18e de juin, où le maréchal de La Ferté se trouva le jour même avec son armée, qui venait de Lorraine. En huit jours, les lignes furent achevées ; et le 26e, la tranchée fut ouverte par le régiment des gardes. » {b}


  1. 1654.

  2. Landrecies se rendit aux Français le 14 juillet. La campagne continua par le siège de Condé-sur-l’Escaut, le 15 août.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 6 juin 1655. Note 2

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0403&cln=2

(Consulté le 19.01.2020)

Licence Creative Commons