À André Falconet, le 29 mars 1661, note 2.
Note [2]

« Tout homme désire naturellement savoir » ; sentence qui ouvre le livre i de la Métaphysique d’Aristote :

Παντες ανθρωποι του ειδεναι ορεγονται φυσει.

[L’homme a naturellement la passion de connaître].

Elle a été notamment reprise dans l’Imitation de Jésus-Christ (livre i, chapitre ii, 1, v. note [35], lettre 242), avec, à la suite :

Sed scientia, sine timore Dei, quid impetrat ?

[Mais à quoi la science parvient-elle, sans la crainte de Dieu ?]

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 29 mars 1661, note 2.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0685&cln=2

(Consulté le 24/05/2024)

Licence Creative Commons