À André Falconet, le 7 novembre 1665
Note [2]

Περι ιερης Νουσου [Sur la Maladie sacrée] est un important traité hippocratique car il ôte à l’épilepsie son origine surnaturelle, et nie que la poitrine soit le siège des fonctions intellectuelles et morales pour l’établir exclusivement dans le cerveau : « On sait qu’il a fallu arriver presque jusqu’à notre temps pour mettre cette doctrine hors de contestation » (Littré Hip, 1849, volume 6, pages 352‑397).

Johann Crato von Crafftheim ou Krafftheim (1519-1585), élève et ami de Martin Luther à Wittemberg, étudia ensuite la médecine à Leipzig, puis à Vérone et Padoue sous Ioannes Baptista Montanus (v. note [4], lettre 359) ; reçu docteur à Leipzig, il se rendit à Vienne pour devenir premier médecin des empereurs Ferdinand ier, Maximilien ii et Rodolphe ii. La plupart de ses ouvrages furent publiés après sa mort (Descuret in Panckoucke).

J’ai porté une attention particulière à l’Analogismus, sive artificiosus transitus a generali methodo ad exercitationem particularem [Analogisme, ou art de passer de la méthode générale à l’exercice particulier], qui suit son traité in Cl. Galieni divinos libros Methodi therapeutices [sur les divins livres de la Méthode thérapeutique de Cl. Galien] (Bâle, Petrus Perna,1563, in‑8o de 431 pages), car il contient un chapitre sur l’épilepsie (De Epilepsia pages 334‑338), mais je n’y ai rien lu qui ressemble à ce qu’en disait ici Guy Patin.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 7 novembre 1665. Note 2

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0845&cln=2

(Consulté le 08.12.2022)

Licence Creative Commons