À Johann Daniel Horst, le 8 mars 1658
Note [2]

« par cette cire et par ce lin, et par ces lettres qui sont les interprètes de l’esprit », Plaute (Pseudolus, acte i, scène 1, vers 39‑41) :

Phœnicium Callidoro amatori suo
Per ceram et linum litterasque interpretes,
Salutem mittit et salutem ex te expetit
.

[Phénicie à son amant Calidore : par cette cire et par ce lin, et par ces lettres, mes interprètes, je t’adresse mon salut et sollicite le tien]. {a}


  1. Les Romains fermaient leurs lettres avec un fil de lin tenu par un cachet de cire.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Johann Daniel Horst, le 8 mars 1658. Note 2

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1131&cln=2

(Consulté le 22.09.2019)

Licence Creative Commons