À Johann Georg Volckamer, le 25 février 1661
Note [2]

« qu’un médecin se permette de prescrire parfois à ses malades certains médicaments choisis contre le gré et la volonté des pharmaciens » : v. note [4], lettre latine 127, pour ce propos de Thomas Reinesius dans sa Chimiatria (Gera, 1624).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Johann Georg Volckamer, le 25 février 1661. Note 2

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1190&cln=2

(Consulté le 15.10.2019)

Licence Creative Commons