De Thomas Bartholin, le 17 juillet 1647
Note [2]

Thomæ Bartholini Casp. Filii de Luce Animalium Libri iii. Admirandis historiis rationibusque novis referti [Trois livres de Thomas Bartholin, fils de Caspar i, sur la Lueur émise par les créatures vivantes, remplis d’observations admirables et de nouveaux arguments] (Leyde, Franciscus Hackius, 1647, in‑8o).

Ces trois livres sont intitulés : iDe Luce hominum [Lueur émise par les êtres humains] ; iiDe Luce brutorum [Lueur émise par les bêtes] ; iiiDe Causis lucis animantium [Raisons de la lueur émise par les créatures vivantes]. A.‑J.‑L. Jourdan (in Panckoucke) a résumé le contenu de cet ouvrage peu commun :

« Bartholin a rassemblé dans ce traité curieux un assez grand nombre de faits prouvant que diverses parties du corps de l’homme et des animaux peuvent en certaines circonstances présenter le phénomène singulier de la phosphorescence. Il eut occasion d’observer cette lucidité à Montpellier sur de la viande de boucherie et il assura qu’elle occupait de préférence la graisse, ainsi que les parties aponévrotiques et membraneuses. La lueur, dit-il, ressemblait à celle des étoiles, dont elle imitait assez bien la coruscation. {a} Il parle aussi d’une femme dont tout le corps laissait échapper, au moindre attouchement, une multitude d’étincelles électriques qui produisaient une crépitation bien manifeste. »


  1. Vif éclat lumineux, scintillement.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – De Thomas Bartholin, le 17 juillet 1647. Note 2

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=9063&cln=2

(Consulté le 09.04.2020)

Licence Creative Commons