À Charles Spon, le 29 avril 1644
Note [20]

« là où il parle de l’empereur Verus, que Marc Aurèle avait fait consort de son pouvoir » ; Epitome de Cæsaribus [Abrégé des Césars, tiré des livres d’Aurelius Victor] (chapitre 16, § 5)  :

Is propinquum suum Lucium Annium Verum ad imperii partem novo benivolentiae genere ascivit. Qui Verus, inter Altinum atque Concordiam iter faciens, ictu sanguinis, quem morbum Graeci αποπληξιν vocant, undecimo imperii anno exstinctus est.

[En un genre nouveau de bienveillance, il {a} a invité Lucius Annius Verus à partager l’empire avec lui. Dans la onzième année de son règne, Verus, voyageant entre Altinum et Concordia, {b} est mort d’un coup de sang, maladie que les Grecs appellent apoplexie].


  1. Marc-Aurèle.

  2. En Vénétie.

Lucius Aurelius Verus (130-169) était fils d’Ælius Cæsar, lui-même fils adoptif d’Hadrien. Par un jeu compliqué de successions, Verus se trouva être frère adoptif de Marc-Aurèle (121-180) qui, devenu empereur en 161, le fit régner à ses côtés.

Sextus Aurelius Victor, historien latin, a écrit en 360 une histoire abrégée des empereurs, d’Auguste à Julien, le Liber de Cæsaribus. On lui attribue trois ouvrages anonymes : l’Origo gentis Romanæ [Origine du peuple romain], le Liber de viris illustribus [Livre sur les hommes illustres], et l’Epitome, auquel empruntait ici Guy Patin.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 29 avril 1644. Note 20

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0104&cln=20

(Consulté le 29.11.2020)

Licence Creative Commons