À Charles Spon, le 16 novembre 1649
Note [21]

Le Collège de Navarre (regia Navarra) ou de Champagne, fondé en 1304 à Paris par les bienfaits de Jeanne de Navarre épouse de Philippe le Bel, était initialement situé rue Saint-André-des-Arts ; quelques années plus tard, il fut transféré rue de la Montagne-Sainte-Geneviève dans un bâtiment spécialement construit à son intention (sur le terrain aujourd’hui occupé par l’ancienne École polytechnique, dans le ve arrondissement). Appartenant à la Faculté des arts (v. note [8], lettre 679), le Collège de Navarre était aussi l’un des collèges de la Faculté de théologie avec ceux de Sorbonne, du Cardinal Lemoine et des Cholets. Navarre délivrait donc des doctorats en théologie.

Louis xiii avait réuni au Collège de Navarre ceux, voisins, de Tournai (1636) puis de Boncourt (1638), pour en faire le plus grand des collèges de Paris, capable de rivaliser avec la Sorbonne.

Jean de Launoy avait été reçu docteur en théologie au Collège de Navarre en 1634. Le curé de Saint-Eustache de Paris disait : « Quand je rencontre le docteur de Launoy, je le salue jusqu’à terre, et ne lui parle que le chapeau à la main et avec bien de l’humilité, tant j’ai peur qu’il ne m’ôte mon saint Eustache qui ne tient à rien » (Bayle). En 1648, pour avoir déclaré devant les bacheliers en théologie que la récitation du bréviaire n’est pas obligatoire pour les clercs, Launoy avait perdu sa résidence au Collège de Navarre tout en continuant à y enseigner (Dictionnaire de Port-Royal, pages 600‑601).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 16 novembre 1649. Note 21

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0207&cln=21

(Consulté le 25.10.2020)

Licence Creative Commons