À André Falconet, le 3 novembre 1651, note 23.
Note [23]

« Tous les réprouvés, tous les affligés d’ignominie, tous ceux que les dettes écrasent, etc. » ; Cicéron (Lettres à Atticus, livre vii, lettre 3, § 5, datée de Trebula, 9 décembre 50 av. J.‑C.), blâmant les entreprises de Jules César contre la République :

Verum tamen hæc video, cum homine audacissimo paratissimoque negotium esse, omnis damnatos, omnis ignominia adfectos, omnis damnatione ignominiaque dignos illac facere, omnem fere iuventutem, omnem illam urbanam ac perditam plebem, tribunos valentis addito C. Cassio, omnis qui ære alieno premantur, quos pluris esse intellego quam putaram (causam solum illa causa non habet, ceteris rebus abundat).

[Ce que je vois, pourtant, c’est que nous avons affaire au plus audacieux, au mieux préparé des hommes, que tous les réprouvés, tous les affligés d’ignominie, tous les gens dignes d’être punis et flétris sont de ce parti-là, et presque toute notre jeunesse, toute la plèbe égarée de la ville, des tribuns tout-puissants, surtout si C. Cassius se joint à eux, tous ceux enfin que les dettes écrasent, plus nombreux que je ne soupçonnais (en sorte qu’il ne manque à ce parti qu’une juste cause, largement pourvu qu’il l’est de tout le reste)].

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 3 novembre 1651, note 23.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0271&cln=23

(Consulté le 14/04/2024)

Licence Creative Commons