À Charles Spon, le 8 mai 1657
Note [23]

Le récit de Guy Patin était conforme à ce qu’en a écrit la Grande Mademoiselle (Mlle de Montpensier, Mémoires, chapitre xxvi) :

« M. d’Épernon et M. de Candale m’envoyèrent faire des excuses de quoi ils ne me venaient pas voir à Juvisy. Ils avaient eu ordre du roi de sortir de Paris sur leur démêlé de M. de Vendôme et de M. d’Épernon. Trois ou quatre jours devant le départ du roi, {a} ils se trouvèrent à la porte de sa chambre ; l’un entrait et l’autre sortait ; ils se poussèrent. Cela fut vu, on le dit au roi, qui les envoya tous deux à la Bastille où ils couchèrent une nuit ou deux, puis eurent ordre de sortir de Paris. M. de Beaufort s’en approcha. {b} Cela fit grand bruit, et comme nous étions à Fontainebleau, le duc de Vitry y vint voir M. de Beaufort, qui nous dit que M. de Candale devait passer, et M. d’Épernon aussi. Je dis à M. de Beaufort qu’il fallait, si cela rencontrait, que je les accommodasse ; à quoi je le trouvai peu disposé. » {c}


  1. Le dimanche 6 mai 1657.

  2. S’en mêla.

  3. Le motif de la querelle était la mort du chevalier de Montrevel après son altercation avec le comte de Candale.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 8 mai 1657. Note 23

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0480&cln=23

(Consulté le 22.09.2020)

Licence Creative Commons