À Hugues de Salins, le 22 février 1667
Note [23]

Cette anecdote sur la servile inspiration que les médiocres tirent des génies ne provient pas d’un des deux Pline, mais d’Élien le Sophiste (v. note [2], lettre 618 ; Histoires diverses, livre xiii, chapitre 22) :

« Du Temple d’Homère. Ptolémée Philopator {a} ayant élevé un temple en l’honneur d’Homère, y plaça une belle statue du poète, autour de laquelle étaient représentées les villes qui se disputaient l’honneur de l’avoir vu naître ; mais le peintre Galaton le peignit vomissant au milieu d’une foule de poètes, qui ramassaient soigneusement tout ce qui sortait de sa bouche. »


  1. Ptolémée iv dit Philopator (qui aime son père), pharaon du iiie s. av. J.‑C.

Le 14e emblème de la Morosophie [Folie sage] de Guillaume de La Perrière, Toulousain, contenant cent emblèmes moraux illustrés de cent tétrastiques latins, réduits en autant de quatrains français (Lyon, Macé Bonhomme, 1553, in‑8o) représente Homère se soulageant dans la vasque d’une fontaine où s’abreuvent les poètes, avec ces vers :

« Homère pisse, et maint homme souhaite
Saouler sa soif, buvant de son urine :
Pour te montrer que jamais bon poète
Tu ne seras sans goûter sa doctrine. »

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Hugues de Salins, le 22 février 1667. Note 23

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0901&cln=23

(Consulté le 07.05.2021)

Licence Creative Commons