À Charles Spon, le 22 mars 1650
Note [24]

« d’un choléra morbus ».

Choléra morbus est la combinaison du grec cholera (de cholé, bile, et réô, je coule) et du latin morbus (maladie) pour un

« dégorgement de bile fort subit, qui donne un grand dévoiement par haut et par bas, qui est si dangereux qu’on l’appelle autrement un trousse-galand. {a} Il procède d’une continuelle indigestion des viandes. {b} Cette maladie est ainsi appelée à cause qu’elle fait sortir la bile fort violemment par haut et par bas, selon Galien et Celse, ou parce que la matière est incessamment jetée hors des intestins, qu’on appelait autrefois cholades » {c} (Furetière).


  1. « à cause de la promptitude avec laquelle le malade succombe dans beaucoup de cas » (Nysten).

  2. Difficulté à digérer les viandes.

  3. Ce mal correspond à ce qu’on appelle aujourd’hui le syndrome cholériforme, qu’il s’agisse du choléra proprement dit (dû au vibrion cholérique) ou de toute autre diarrhée provoquée par un microbe sécréteur de toxine.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 22 mars 1650. Note 24

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0222&cln=24

(Consulté le 25.10.2021)

Licence Creative Commons