À Charles Spon, le 30 janvier 1654
Note [24]

Le quartier d’une rente est « ce qui est échu pendant trois mois, ou le quart de l’année » (Furetière).

Louis xiv avait décidé de retrancher un demi-quartier des rentes de l’Hôtel de Ville, ce qui provoqua un violent mécontentement chez les bénéficiaires. Ils se rendirent en députation au Louvre, avec à leur tête le prévôt des marchands qui demanda au roi le rétablissement du demi-quartier. Le roi refusa de satisfaire leur demande en arguant du mauvais état des finances.

Le lundi 19 janvier, alors que le roi se trouvait au Parlement pour l’ajournement du prince de Condé, les rentiers bloquèrent l’ouverture des bureaux pour empêcher l’application de l’arrêt rendu deux jours auparavant. Soutenus par le garde des sceaux et premier président Mathieu i Molé, ils se virent contraints par lettre de cachet du roi d’envoyer au Louvre une députation. Le Parlement fut interdit de s’assembler pour délibérer sur ce sujet, « de peur que ces assemblées ne renouvelassent les anciennes confusions » (comme celle de septembre 1649 qui avait contribué à allumer la première Fronde). Le premier président, présent devant le roi avec les députés des rentiers, « assura Sa Majesté que les séances ne tendraient à aucune sédition ». Le ms Bnf fr. 5844 (fos 205 vo et 207 vo‑209 ro) relate en outre longuement la grogne des rentiers (Jestaz).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 30 janvier 1654. Note 24

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0337&cln=24

(Consulté le 03.12.2022)

Licence Creative Commons