À Charles Spon, le 26 octobre 1655, note 27.
Note [27]

Liniment (Furetière) :

« remède topique adoucissant les âpretés du cuir, humectant les parties qu’il faut ramollir pour en résoudre les humeurs qui affligent le patient et en ôter la douleur. On se sert de différents liniments suivant les diverses occasions. Le liniment est une composition moyenne entre l’huile et l’onguent, où on peut mettre du beurre, de l’axonge. » {a}


  1. Graisse animale (généralement porcine) molle et humide. Son nom latin, axungia, unit axis, « axe, essieu », et ungere, « oindre » : « ce qui sert à oindre les essieux » (Littré DLF).

V. note [25], lettre 242, pour l’huile d’amandes douces titrée sans feu.

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 26 octobre 1655, note 27.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0421&cln=27

(Consulté le 18/04/2024)

Licence Creative Commons