À Hugues II de Salins, le 15 novembre 1657
Note [27]

« Pour le camphre dans l’épilepsie, ce n’est que pure menterie, ce n’est ni fait ni à faire. »

Camphre {a} (Thomas Corneille) :

« gomme résineuse qui distille d’un arbre {b} extrêmement haut et large. Cet arbre croît aux Indes dans les montagnes maritimes et dans l’île de Bornéo […] Il est excellent pour résister aux venins et à la pourriture, et même pour corriger l’air en temps de peste. Il est aussi diurétique, céphalique et stomachique lorsqu’on le mêle avec d’autres médicaments légèrement astringents. […] Quelques-uns tiennent que l’huile de camphre tirée par distillation a une faculté narcotique. »


  1. Mot d’origine arabe, cafur.

  2. Camphrier.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Hugues II de Salins, le 15 novembre 1657. Note 27

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0503&cln=27

(Consulté le 06.12.2022)

Licence Creative Commons