À Charles Spon, le 24 septembre 1658, note 27.
Note [27]

« et qu’il s’occupe donc de ses affaires, et s’en aille au diable. Ces Turbons et vauriens enflammés sont déplaisants. »

Turbon est le nom d’un homme dont parle Horace (Sermons, livre ii, 311) en demandant : qui ridiculus minus illo ? [qui est moins ridicule que lui ?].

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 24 septembre 1658, note 27.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0539&cln=27

(Consulté le 21/06/2024)

Licence Creative Commons