À Charles Spon, le 16 janvier 1652, note 28.
Note [28]

Journal de la Fronde (volume ii, fo 8 ro, janvier 1652) :

« Le 13, le parlement de Rouen donna un arrêt presque semblable à celui de Paris du 29 du passé contre le cardinal Mazarin, {a} excepté qu’il ne mit pas sa tête à prix parce qu’il avait reçu une lettre de cachet par laquelle le roi lui défendait de s’assembler et délibérer sur cette matière jusqu’à ce que les députés de celui de Paris eussent été ouïs, et que Sa Majesté lui aurait fait entendre ses intentions. Il a ordonné qu’il serait envoyé des députés au Parlement de Paris pour savoir quelle réponse auront eue ceux qui sont à la cour et pour supplier Son Altesse Royale de vouloir continuer ses soins pour l’expulsion du cardinal Mazarin. Le 14, la nouvelle vint que le parlement de Toulouse, sans attendre l’avis de l’arrêt de celui de Paris du 29 du passé contre le cardinal Mazarin, en a donné un par lequel il ordonne que la déclaration donnée contre lui sera exécutée, que les communes s’assembleront pour lui courre sus, {b} à lui et sa suite, défenses à toutes personnes de le recevoir ni lui administrer vivres, ordonné que Sa Majesté sera suppliée d’éloigner auprès d’elle tous ceux qui sont attachés d’intérêt dans le parti du cardinal, et que Son Altesse Royale sera suppliée de vouloir continuer ses soins pour l’accommodement de M. le Prince. »


  1. V. supra note [10].

  2. Pourchasser.

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 16 janvier 1652, note 28.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0279&cln=28

(Consulté le 19/04/2024)

Licence Creative Commons