À Charles Spon, le 14 juillet 1643
Note [3]

Allusion au pieux ouvrage de Guillaume Du Val sur les Saints médecins (v. note [10], lettre 73). Kyrielle (de kyrié éléison, « aie pitié de nous », en grec) est à prendre ici dans son sens premier et déjà ironique au xviie s. de « litanie, prière de l’Église en l’honneur de Dieu, de la Vierge, des saints ou de quelque mystère, composée de plusieurs invocations et éloges, à la fin de chacune desquelles on répète, Ayez pitié de nous ou Priez pour nous. Ce mot vieillit et ne se dit guère sérieusement » (Furetière).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 14 juillet 1643. Note 3

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0088&cln=3

(Consulté le 26.01.2021)

Licence Creative Commons