À Henri Gras, le 24 septembre 1648, note 3.
Note [3]

Dans les « Médicaments officinaux », le chapitre xxxvi du livre i, De Sena [Le Séné], est formé de 12 courts paragraphes numérotés concernant le séné. Le cinquième commence par ces deux phrases :

Præter hæc, vim habet purgandi per inferiora, quam plerique ad stuporem usque extollunt, adeoque dare volunt sine corrigentibus. Ego vero expertus sum, et ante me alii, esse insigniter flatuosam.

[En outre, il purge puissamment par le bas, ce que la plupart des médecins vantent jusqu’à s’en rendre stupides et au point d’en vouloir donner sans rien pour l’atténuer. Dans mon expérience, à vrai dire, et comme d’autres avant moi, je l’ai trouvé remarquablement venteux].

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Henri Gras, le 24 septembre 1648, note 3.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0160&cln=3

(Consulté le 20/04/2024)

Licence Creative Commons